§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§

TRISTE NOUVELLE

§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§

J'ai l'immense douleur d'annoncer le décès du Président de la CRL, le Professeur Amr Helmy IBRAHIM, qui nous a quittés le 4 août dernier. Il avait fondé, en 2001, cette association qui a vocation à promouvoir la recherche en linguistique, indépendamment des modes ou des enjeux de pouvoirs universitaires. La CRL continue ses activités. La prochaîne assemblée générale actualisera ce qui devra l'être. La date sera annoncée sur cette même page, dès que possible.

Claire Martinot,
vice-présidente et trésorière de la CRL

Pour lire le texte d'hommage pour le Professeur Amr Helmy IBRAHIM,
cliquez sur le lien ci-dessous :

Hommage au Professeur Amr H. IBRAHIM


Hommage à Amr Helmy IBRAHIM
Le 20 août 2018
par Mohamed AGHARIB

Quand j’ai appris le décès de mon professeur, j’ai ressenti qu’une nouvelle page venait de se tourner dans le livre de ma vie et je suis certain, qu’en apprenant sa disparition, nombreux ont pensé qu’une lumière, à la fois prestigieuse et discrète venait de s’éteindre pour nous tous.

Une lumière prestigieuse, parce que nous, qui avons eu la chance d’être ses élèves, nous avions été séduits par la forme éblouissante de son esprit et la clairvoyance de sa réflexion.

Une lumière discrète, parce que jamais auprès de lui nous nous sentions aveuglés ou dominés par une supériorité écrasante, mais plutôt élevés, presque valorisés, comme si nous étions pour lui des interlocuteurs très intéressants.

Monsieur IBRAHIM était toujours à notre écoute, toujours bienveillant, toujours attentif à notre égard.

Il nous a montré par sa gentillesse foncière que la première intelligence est celle du cœur et, que le respect de l’autre ouvre les chemins à la compréhension et à l’amitié.
Il habite maintenant les étoiles qui brillent dans l’obscurité du ciel de la nuit. Il était pour nous comme une étoile, un phare nous guidant dans l’obscurité de nos connaissances vers la lumière du savoir pour nous conduire vers la connaissance des langues, ce pont universel indispensable, construit pour permettre la compréhension entre les êtres humains qui peuplent notre petite planète.

§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§

Le linguiste musicien
Journée organisée par Amr H.IBRAHIM
Jeudi 21 juin 2018
Université Paris-Sorbonne

Texte de l'appel : Le linguiste musicien


Programme de la journée "Le linguiste musicien"


§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§

Dernière publication des membres de la CRL

Reformulation et acquisition de la complexité linguistique - Perspective interlangue
Claire Martinot, Tomislava Bosnjak Botica, Sonia Gerolimich et Urszula Paprocka-Piotrowska (éds.)
2018, ISTE editions, 372 p.



Reformulation et acquisition de la complexité linguistique propose une nouvelle réponse à la question de l’appropriation ou de l’acquisition de la langue maternelle, objet complexe, à la fois stable et en perpétuelle transformation.
Cette réponse est fondée sur le principe reformulatoire que les enfants appliquent spontanément. Le principe de reformulation est illustré, ici, auprès d’enfants qui restituent la même histoire. Ils ont 6, 8 et 10 ans et grandissent dans les langues maternelles suivantes, le français, l’italien, le croate et le polonais.
L'ouvrage démontre que l’acquisition de toute langue maternelle s’explique par l’application de diverses procédures de reformulation entre énoncés sources et énoncés reformulés, que ces procédures sont comparables d’une langue à l’autre et différentes d’une tranche d’âge à l’autre. Il interroge certains phénomènes complexes, au niveau lexical ou syntaxique, et analyse comment les enfants, en fonction de leur âge, traitent ces phénomènes. Enfin, il montre que l’acquisition de la langue maternelle est une entreprise fondamentalement linguistique.

§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§

Dernière publication de la CRL mars 2018

La variation intrapersonnelle en français parlé : approches et statuts

Philippe Depoux & Isabelle Stabarin (éds)
Paris, CRL, 2018, 137 pages
ISBN 2-9526027-9-4 EAN 9782952602792


Neuf chercheurs (Mireille Bilger, Philippe Depoux, Ruggero Druetta, Amr Helmy Ibrahim, Philippe Martin, Claire Martinot, Elisabeth Richard, Clémentine Ruel et Isabelle Stabarin) proposent leur réflexion autour du thème de la variation diaphasique en français parlé. Autant d'approches différentes qui permettent de mieux cerner la problématique tout en l'enrichissant, les invariants choisis étant de différents types, syntaxique, morphologique, phonétique, acoustique, etc. et se situant dans différents types de contextes (description linguistique, communication, acquisition). Ces articles nous éclairent sur les raisons pour lesquelles les locuteurs opèrent des choix au sein des moyens linguistiques dont ils disposent, mais aussi sur les modalités selon lesquelles sont opérés ces choix. Des considérations méthodologiques rappellent également certains principes de précaution dont il faut tenir compte lorsque l'on s'engage dans une étude variationnelle.

Sommaire : La variation intrapersonelle en français parlé : approches et statuts

Pour commander l'ouvrage, voir "Publications de la CRL"


§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§



Autres publications des membres de la CRL


"Des organisations dynamiques de l'oral"
Elisabeth RICHARD (éd.)


Peter Lang, 418 p.
Elisabeth RICHARD est Professeure de linguistique à l'université Rennes 2 où elle dirige l'unité de recherche EA 3874 LIDILE. Elle conduit des travaux de recherche en syntaxe énonciative.

Longtemps déconsidérée ou traitée seulement par la négative, c'est la langue orale et sa désorganisation apparente, si souvent dénoncée, qui motivent le présent ouvrage. Comment appréhender ce flux de paroles continu ? A défaut de le maîtriser, comment en rendre compte, pour au moins l'observer, le (re-)connaître, en comprendre la dynamique, voire le modéliser ? ...

"L'intensité et son expression en français"
Clara Roméro


Editions OPHRYS, 282 p.
Si la question des degrés d’intensité (Il fait un peu / assez /très / extrêmement chaud) est traitée par toutes les grammaires, la réelle variété des formes d’intensificationet d’atténuation n’ est nulle part explorée ni exposée systématiquement. En présentant une recension complète des marqueurs et constructions dédiés à l’expression du degré d’intensité ainsi que, plus largement, des nombreux procédés de modulation de l’intensité des messages (Crois moi, il fait chaud), le présent ouvrage vient combler ce manque.
Le lecteur y découvrira que l’intensité est un phénomène omniprésent dans la langue, touchant aussi bien la morphologie (hyperchaud) que le lexique (chaleur torride, étouffante, caniculaire), la syntaxe (Fait-il chaud !, Il fait chaud, chaud... !) que la prosodie (Il fait CHAAAUUUD !).
Il appréhendera également la complexité de ce phénomène, que la notion de degré ne suffit pas à expliquer. Parmi les questions d’ordre sémantique ou énonciatif en jeu, figurent en effet celles de la structure informative de la phrase (C’ est qu’il fait chaud !), de la modalité (Qu’ est-ce qu’il fait chaud !), des tropes (C’ est un vrai sauna, On crève de chaud, Il ne fait pas vraiment froid) ou encore des actes de langage (On pourrait peut-être ouvrir une fenêtre ?).

Manuel de référence incontournable, cet ouvrage permettra aux étudiants de linguistique et de lettres modernes ainsi qu’aux apprenants de français d’identifier et de comprendre toutes les formes exprimant l’intensité dans ses multiples dimensions. Il fournira aussi aux professeurs des outils pour décrire et enseigner ces formes.

"Les redondances prédicatives en français parlé"
Philippe Depoux


Editions L'Harmattan
Comment se manifestent, en français parlé, les phénomènes de redondance prédicative, c’est-à-dire de reprise du sens d’une prédication par une autre prédication ? C’est ce que tente d’examiner cet ouvrage, en s’appuyant sur différents cadres théoriques : travaux du Groupe Aixois de Recherches en Syntaxe (GARS) sur la langue orale, analyses transformationnelles du Lexique-Grammaire, théorie de la reformulation élaborée par Claire Martinot à partir de 1994. Ces reprises, qui supposent la préservation du sens d’origine, peuvent être strictement littérales (répétitions), porter sur des processus uniquement syntaxiques (transformations), consister en une clarification du sens de l’énoncé-source (paraphrases définitoires) ou instaurer une équivalence de sens sans fondement syntaxique (paraphrases sémantiques sensibles ou non à l’influence du contexte). Est ici adoptée l’hypothèse de départ selon laquelle mettre en relation milieux sociaux, époques d’enregistrement et types de reformulation doit permettre d’expliquer l’usage préférentiel de tel ou tel type de redondance par telle ou telle catégorie de locuteurs.
You must be Connecté to post comment.